Fontreyne
Collège connecté
à Gap - tel : 04.92.51.29.64 - courriel : ce.0050480v@ac-aix-marseille.fr ou vie-scolaire1.0050480V@ac-aix-marseille.fr
 

Enigme n°14

lundi 20 mai 2013, par Administrateur

Décodez le texte suivant :

 

Messages

  • Emma CASAMENTO 5°F

    Je pense avoir trouvé le code : a=7, b=8, c=9, d=10 etc... sauf z=122

    O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon coeur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos initiés. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. À votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’un sincère amour. Arithmétique ! algèbre ! géométrie ! trinité grandiose ! triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! Il mériterait l’épreuve des plus grands supplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porté sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante ; vers la voûte sphérique des cieux.

  • O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon coeur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos initiés. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. À votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’un sincère amour. Arithmétique ! algèbre ! géométrie ! trinité grandiose ! triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! Il mériterait l’épreuve des plus grands supplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porté sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante ; vers la voûte sphérique des cieux.
    VERRIEZ JUSTINE 4°B

  • BONJOUR, j’ESPERE QUE CA MARCHERA CE COUP-CI...
    VOICI MA REPONSE :
    O MATHEMATIQUES SEVERES, JE NE VOUS AI PAS OUBLIEES, DEPUIS QUE VOS SAVANTES LECONS, PLUS DOUCES QUE LE MIEL, FILTRERENT DANS MON COEUR, COMME UNE ONDE RAFRAICHISSANTE. J’ASPIRAIS INSTINCTIVEMENT, DES LE BERCEAU, A BOIRE A VOTRE SOURCE, PLUS ANCIENNE QUE LE SOLEIL, ET JE CONTINUE ENCORE DE FOULER LE PARVIS SACRE DE VOTRE TEMPLE SOLENNEL, MOI, LE PLUS FIDELE DE VOS INITIES. IL Y AVAIT DU VAGUE DANS MON ESPRIT, UN JE NE SAIS QUOI EPAIS COMME DE LA FUMEE ; MAIS, JE SUS FRANCHIR RELIGIEUSEMENT LES DEGRES QUI MENENT A VOTRE AUTEL, ET VOUS AVEZ CHASSE CE VOILE OBSCUR, COMME LE VENT CHASSE LE DAMIER. VOUS AVEZ MIS A LA PLACE, UNE FROIDEUR EXCESSIVE, UNE PRUDENCE CONSOMMEE ET UNE LOGIQUE IMPLACABLE. A L’AIDE DE VOTRE LAIT FORTIFIANT, MON INTELLIGENCE S’EST RAPIDEMENT DEVELOPPEE, ET A PRIS DES PROPORTIONS IMMENSES, AU MILIEU DE CETTE CLARTE RAVISSANTE DONT VOUS FAITES PRESENT, AVEC PRODIGALITE, A CEUX QUI VOUS AIMENT D’UN SINCERE AMOUR. ARITHMETIQUE ! ALGEBRE ! GEOMETRIE ! TRINITE GRANDIOSE ! TRIANGLE LUMINEUX ! CELUI QUI NE VOUS A PAS CONNUES EST UN INSENSE ! IL MERITERAIT L’EPREUVE DES PLUS GRANDS SUPPLICES ; CAR, IL Y A DU MEPRIS AVEUGLE DANS SON INSOUCIANCE IGNORANTE ; MAIS, CELUI QUI VOUS CONNAIT ET VOUS APPRECIE NE VEUT PLUS RIEN DES BIENS DE LA TERRE ; SE CONTENTE DE VOS JOUISSANCES MAGIQUES ; ET, PORTE SUR VOS AILES SOMBRES, NE DESIRE PLUS QUE DE S’ELEVER, D’UN VOL LEGER, EN CONSTRUISANT UNE HELICE ASCENDANTE, VERS LA VOUTE SPHERIQUE DES CIEUX.
    MERCI A BIENTOT

  • Le texte codé est :
    O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon cœur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos initiés. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. À l’aide de votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’un sincère amour. Arithmétique ! Algèbre ! Géométrie ! Trinité grandiose ! Triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! Il mériterait l’épreuve des plus grands supplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porté sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante ; vers la voûte sphérique des cieux.

  • O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon cœur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, des le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacre de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos inities. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. A l’aide de votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’un sincère amour. Arithmétique ! Algèbre ! Géométrie ! Trinité grandiose ! Triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé !Il mériterait l’épreuve des plus grands supplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porte sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante, vers la voûte sphérique des cieux.

  • Bonjour,voici le texte correspondant à la réponse :

    « O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon coeur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos initiés. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. À votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’un sincère amour. Arithmétique ! algèbre ! géométrie ! trinité grandiose ! triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! Il mériterait l’épreuve des plus grands supplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porté sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante ; vers la voûte sphérique des cieux. »

  • O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon coeur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos initiés. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. À votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’un sincère amour. Arithmétique ! algèbre ! géométrie ! trinité grandiose ! triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! Il mériterait l’épreuve des plus grands supplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porté sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante ; vers la voûte sphérique des cieux.

Collège connecté Fontreyne – 6 chemin de Graffinel - 05000 à Gap - tel : 04.92.51.29.64 - courriel : ce.0050480v@ac-aix-marseille.fr ou vie-scolaire1.0050480V@ac-aix-marseille.fr – Responsable de publication : M. Pons - Principal du collège
Dernière mise à jour : vendredi 17 mai 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille